Notre entreprise

Notre histoire

M. Jean-Paul Godin et son épouse Mme Rita Gionet ont ouvert le premier salon funéraire dans la région de Caraquet en 1965, sur le boulevard Saint-Pierre Ouest, juste à côté d'où se situe la Caisse Populaire de Caraquet aujourd'hui.

En 1968, M. Guy Racicot et son épouse Mme Juliette Gionet (soeur de Mme Rita Gionet) achètent la maison funéraire et déménagent l'entreprise à son emplacement actuel. L'inauguration de la Maison funéraire Racicot ltée se fit le 15 novembre 1969. Ils opèrent également à l'époque le service d'ambulances de la région. Après le décès de M. Racicot en 1978, Juliette continue de gérer l'entreprise funèbre par elle-même. Le service d'ambulance demeurera avec la maison funéraire jusqu'en 1983.

Maison funéraire Racicot en 1970

La Maison funéraire Racicot en 1970 En 1986, Mme Juliette Racicot décide de se départir de son entreprise. La maison funéraire Racicot Ltée devient la propriété de M. Gérard C. Desbiens et de son épouse, Mme Camilla Gionet (nièce de Mme Juliette Racicot). M. Desbiens, originaire du Vermont (É.-U.), est un embaumeur/directeur funéraire, licencié depuis 1969, et a suivi sa formation à l'Institut d'anatomie et de science funèbre en Nouvelle-Angleterre. Leur fils, Eric G. Desbiens, commence à oeuvrer dans l'entreprise familiale avec son père en janvier 2003. Ils continueront à travailler ensemble jusqu'à la retraite de M. Desbiens.

En juillet 2009, Monsieur et Madame Desbiens prennent leur retraite après plus de 20 ans de services à la communauté et vendent l'entreprise à M. Luc Benoit. L'entreprise continuera sous son appellation d'origine, afin de maintenir une tradition qui existe depuis plus de 40 ans.

Le 30 novembre 2017, M. Benoit fait l'acquisition de la Maison Funéraire LeGresley de Grande-Anse et Paquetville. Il crée alors une nouvelle corporation, Services Funéraires Luc André Benoit Inc., qui devient le plus grand fournisseur de services funéraires de la Péninsule acadienne, avec cinq points de service. La corporation est composée de la Maison Funéraire Racicot, le Salon St-Isidore, la Maison Funéraire LeGresley, le Salon LeGresley de Paquetville en plus du Salon de Bertrand, qui conservent tous leur appelations commerciales d'origine.